jeudi 13 décembre 2018

Le profdoc, un pro du marketing ?

Communiquer avec les élèves, leur passer des messages, faire de la pub pour nos projets, cela demande pas mal de patience. Et de la résignation, quand personne n'a vu l'info que vous avez placardée partout...

Malgré tout, je m'acharne avec mes affiches que personne ne lit (sauf quand je leur met le nez dessus, au moins, ça sert à ça !), je teste des nouveaux moyens de passer de l'info, je me fais aider (merci Canva !), et je ruse : je les oblige à voir mes infos !!!

Petit tour de mes outils de communication.

dimanche 9 décembre 2018

Clairement profdoc ?

Je me demande si je ne devrais pas changer mon pseudo.

Il date de février 2014. A cette époque, je n'avais pas encore besoin de reprendre les gens qui disaient "doc", je n'y pensais même pas. Je me sentais prof quand j'entendais "doc", reconnue dans ma spécificité d'enseignante un peu spécialisée.
Clairementprofdoc, c'était clairement pas top comme pseudo, donc va pour Clairementdoc.

Mais aujourd’hui, à chaque "documentaliste", je sursaute et je me sens en danger.
PasClairementprofdoc ? ClairementPasprof ?

samedi 1 décembre 2018

Atelier liseuses

J'ai évoqué dans un récent billet la création d'ateliers collaboratifs.
Voici un zoom sur celui des liseuses.

mardi 13 novembre 2018

Atelier Flash cards

J'ai évoqué dans le billet précédent la création d'ateliers collaboratifs.
Ils n'ont qu'une semaine d'existence, mais la mayonnaise a déjà pris.
Si l'atelier Minecraft a été celui qui, dès le départ, a concentré tous les regards, les liseuses n'ont pas été en reste, avec une dizaine d'élèves qui ont fait la première étape vendredi. Une poignée se sont inscrits aux Flash cards vendredi, et ont été au RDV ce midi. Et enfin, ce matin, mon premier inscrit pour la table de 7 et 8 ! Hourra, je vais enfin pouvoir les apprendre !

Commençons notre premier zoom par l'atelier Flash cards.


mardi 6 novembre 2018

Des ateliers méthodo collaboratifs

Un bureau collaboratif, c'est bien, mais c'est mieux quand ce n'est pas de la pub mensongère : si j'y met mes piles de bazar, rien ne va plus !
J'ai donc décidé d'aller au bout de la démarche, et de mettre en place à la rentrée de Toussaint des ateliers collaboratifs avec un fonctionnement plus lisible. Et ça a l'air de marcher !

mercredi 24 octobre 2018

Fière comme Artaban !

Même si cela fait longtemps que je publie mes petits billets sur Internet, ça fait un sacré truc de lire son nom dans un "vraie" publication en papier !
Grâce à InterCDI, j'ai eu l'opportunité d'exposer mes doutes sur la tendance actuelle à laisser les élèves libres comme Max.
Si vous êtes abonnés à InterCDI, RDV page 46 du dernier numéro sur les pratiques participatives.
Sinon, vous pouvez relire mes billets, je n'ai rien exposé de vraiment nouveau, j'ai juste fait un résumé : vive les collaborations et la liberté, sauf si c'est réservé aux élèves volontaires !

Pardonnez mon absence d'humilité sur ce coup-là !

jeudi 4 octobre 2018

Les différents types de textes : au CDI, on peut tout tout tout trouver !

Avec une collègue de français de la SEGPA, nous venons de faire en 5e une petite activité d'une heure plutôt sympa.
Avant de montrer esidoc aux élèves, et d'aborder les notions fiction/ documentaire, nous souhaitions boucler son cycle de travail sur les différents types de textes : narratif, descriptif, injonctif, argumentatif, explicatif.

C'est chouette, au CDI, sans rien faire, on trouve de tout : les injonctions sur les tables (rangement, nombre d'élèves accepté par table, règles d'emprunts...) ou dans les notices de jeux, l'argumentatif sur les murs avec les affiches de "pub" pour les activités proposées, dans les livres pour le reste.

On a donc imaginé une sorte de chasse au trésor, avec tablettes pour prendre en photo leurs trouvailles.
J'ai pas pu m’empêcher, ça me rajeunit  !

samedi 29 septembre 2018

Partenariat librairie et bibliothèques

Dans mes différents billets sur la lecture, j'insiste souvent sur l’importance pour moi de créer des liens avec les partenaires de la lecture en dehors du collège. Si l'on veut que nos lecteurs continuent à lire après le collège, il faut leur donner les clés des lieux de lecture, et leur faire créer des liens physiques avec leurs responsables.

Même si c'est plus facile d'organiser leur venue au collège (pas de déplacements d'élèves), je pense qu'il est important d'y aller aussi. J'ai la chance que ces déplacements puissent se faire sur des créneaux de 2h, ce qui facilite grandement les choses.

Voici ma palette d'actions pour cette année. Cela représente à peu près 6 rencontres au CDI, et des sorties à l'extérieur.

dimanche 23 septembre 2018

Pas d'accord, voire passablement en colère !

Vous avez vu le contenu de la conférence de presse donnée par de F. Nyssen et J-M Blanquer le 17 septembre dernier, "A l'école des arts et de la culture" ?
http://www.education.gouv.fr/cid134126/a-l-ecole-des-arts-et-de-la-culture-des-parcours-d-education-artistique-et-culturelle-de-qualite-pour-tous.html


Page 14
Les CDI peuvent devenir un centre de connaissances et de culture (CCC) et s’affirmer ainsi comme :
— une véritable maison de la culture qui accueille des expositions, met à disposition des livres et de la documentation pour le travail individuel et collectif, permet de découvrir le cinéma
— une maison du numérique qui donne accès aux ressources numériques.

Vous êtes gentils, je peux faire tout ça en m'appelant CDI.
Et même mieux, figurez-vous, parce que je ne me contente pas d'accueillir ou de mettre à dispo, je forme et j'enseigne. Mais peut-être que c'est ça, justement, qui ne passe pas.
Par contre, une réflexion sur les vies scolaires, qui deviendraient, elles, des CCC, ce serait bien (cf article déjà publiés sur le sujet).

Page 20
Le nouveau plan de développement de l’éducation aux médias et à l’information vise en priorité les enfants de 11 à 13 ans. Il prend la forme d’un renforcement par le ministère de la Culture du soutien aux acteurs de l’éducation aux médias et à l’information dès la rentrée scolaire 2018, tant au niveau national (1 million d’euros) qu’au niveau local (1 million d’euros), dans l’objectif de toucher l’ensemble d’une classe d’âge. L’année 2019 verra également le déploiement progressif de l’éducation aux médias et à l’information en bibliothèque, avec le renfort de jeunes en service civique.

Là, je suis en colère pour de bon.
Et les profs (profdoc et profs de disciplines chargés de cet enseignement), on est des "acteurs de l'EMI" ou pas ? Faudra être clair. Parce que je postulerai peut-être pour un contrat en service civique, pour pouvoir faire mon boulot correctement et dignement.

samedi 22 septembre 2018

Une nouvelle méthode pédagogique pour faire lire les élèves

La sollicitation discrète ("je pose le livre, ils finiront bien par l'ouvrir"), ça ne marche pas.
La persuasion ("je t'assure, il est très chouette, ce livre"), pas beaucoup mieux.

Et bien, j'ai trouvé : j'impose, mais toujours avec le sourire !

Je les ai avertis en début de semaine : "je teste une nouvelle méthode pédagogique. Au lieu de me fâcher, le premier qui circule sans rien faire, qui fait semblant ou qui papote, je lui trouve une place et un livre. Et il devra lire, et rien d'autre."

J'en ai coincé trois la semaine dernière : "toi, tu te mets là, et tu lis ça ! Et tu bouges plus !!"
Du coup, les zébulons se posent, leur cerveau se met en mode "on se calme". Et ils lisent !
La fin de l'heure arrive plus vite qu'ils ne le pensent.
Moi, je reste zen, et je fais découvrir des albums et des BD que j'adore mais que je suis seule à ouvrir.

Et ben ça, c'est de la méthode innovante !

dimanche 16 septembre 2018

Visite du CDI en 6e et 3e

C'est traditionnel depuis de longues années je fais découvrir le CDI en 6e avec un rallye, pour parler le moins possible, et pour que les élèves soient le plus actifs possible.
J'ai déjà écrit un article sur ce rallye.

Le seul changement par rapport à l'année dernière, c'est que je ne m'appelle plus "Vie de classe-CDI", mais à nouveau "EMI-CDI". C'est plus cohérent.
Par contre, j'ai eu du mal à me caser dans la grille horaire, le créneau Devoirs faits ayant pris ses quartiers de rentrée. J'ai donc dû me rabattre sur des créneaux de sections sportives, excluant les nageurs et les footballeurs de ces séances de travail. Une sorte de "S-EMI-CDI"...

Pour les 3 classes concernées, j'ai glané des heures de collègues, pour pouvoir faire la première heure avec la classe entière. Les sportifs auront au moins les clés du lieu, à défaut d'en connaître tous les codes.

Cette séance (au moins 3h sur le rallye, il y a tant de choses à montrer) ne me demande pas de préparation intense : je modifie juste chaque année les questions, pour coller avec l'actualité du CDI, les nouveaux clubs, les modifications d'espace.
Très peu de travail donc pour ajuster cette activité, et c'est tant mieux, parce qu'en début d'année, j'ai peu de temps, et il faut que je garde mon énergie.

Je lis beaucoup de récits de création d'escape game pour faire découvrir le CDI. La préparation est gargantuesque, et je me demande si le jeu en vaut vraiment la chandelle.
Par ailleurs, je préfère personnellement que les élèves de 6e ne touchent pas du tout aux ordi dans les premières semaines, pour prendre des habitudes "sans ordi" au CDI. Donc impensable pour moi de les mettre sur des jeux ordi, même "pédagogiques", dès la première séance. Et impensable aussi de leur demander d'aller le plus vite possible, ou plus vite que le voisin, c'est l'exact inverse de ce que je cherche à donner comme habitudes. Au CDI, on reste calme, on va à son rythme, et on reste zen !

Alors, c'est pas moderne, c'est peut-être pas fun, mais ça marche très bien, et les élèves, vu leur attitude, ne me semblent pas blasés par la forme papier traditionnelle.


Pour les 3e, autre formule. 
Certains de mes collègues me demandent de faire une piqûre de rappel aux élèves, d'autant que nous avons souvent des nouveaux élèves arrivant en 3e pour des sections sportives.  
Si Devoirs faits continue, je risque d'avoir d'autant plus besoin de faire ces piqûres de rappel, pour les élèves qui n'auront fait que survoler le CDI en 6e. Venir de temps en temps au CDI sur une heure d'étude lire une BD ou terminer un travail de techno ne suffit pas en donner pas les clés, malheureusement.

Nous traversons donc en 10-15 minutes le CDI, pour voir les infos au fur et à mesure (je montre les affiches, les classements, les activités proposées), et on s'installe en salle info.
En équipe de deux, ils ont un questionnaire à faire, pour découvrir le site du collège, esidoc, et le site de l'ONISEP.
Là aussi, pas d'outil mirobolant et novateur, pas de tablette, pas de 3D ou d'encre magique. Juste une petite feuille de papier avec des questions.

On circule pour les aider, on refait connaissance, et, deuxième effet Kiss Cool, les collègues PP découvrent aussi ce que ces outils peuvent permettre de faire, et ils sont souvent ravis.
Un investissement temps minimum, pour une séance d'une heure qui permet à tous de renouer des liens dès la rentrée, et de redécouvrir (ou découvrir) les usages des outils.

Avec une des classes, nous avons même eu le temps de parler du respect des droits d'auteur et d'image pour leurs travaux d'EPI. On a montré la rubrique dans esidoc, et j'ai rappelé le travail fait en 5e.

Bonne rentrée zen à tous ! Pensez à vous ménager la santé !

dimanche 2 septembre 2018

Les club lecture : zoup, terminé !

C'est une décision terrible, pour un profdoc : j'arrête les clubs lecture !!
Après 25 ans de bons et loyaux services, je congédie la formule.
Mais vais-je pouvoir dire pour ma défense ?

lundi 27 août 2018

Les séances 5e post réforme

J'en ai déjà parlé ici, depuis la réforme, je n'ai plus que deux projets en 5e, mais heureusement, j'en suis assez contente :
- Identité numérique, protection de la vie privée, e-reputation (avec la CPE quand elle n'est pas appelée en urgence sur un front plus sensible)
- Quelles infos choisir pour des recherches scientifiques, comment faire le tri entre le vrai et le faux ? (en collaboration avec le collègue de Physique Chimie)

Je compte bien les refaire cette année. Avec peut-être en plus l'exploitation du jeu "Stop la violence" qu'on a testé avec la CPE dans une classe de 5e. Les élèves nous ont suggéré de le généraliser. A voir avec les PP, sinon on le refera avec la CPE.

A dérouler pour les détails.

Formulaires d'autorisations parentales, fait !

C'est bientôt la rentrée, l'heure de mettre tous les documents à jour.
J'ai relu ce que j'avais écrit l'an dernier, et du coup, voilà ce que ça donne.
Gardé sous le coude, seulement pour certains projets
Diffusé à la rentrée à tous les élèves

Cette nouvelle version :
- diminue par deux, par rapport à l'an dernier, le nombre de cases à remplir pour les parents, et le nombre de signatures à faire
- intègre l'accord tacite pour les captures d'image dans le cadre pédagogique interne à la classe (enregistrement en EPS, en langues). En effet, les collègues sont bloqués si on demande et que la famille refuse !
- rend annuelle l'autorisation de diffusion de l'image tant qu'on ne sort pas du collège (portes ouvertes, expo au CDI). Cela évite la multiplication des documents à diffuser. J'ai hésité à la rendre tacite, mais finalement, j'ai rajouté un accord parental, pour être davantage dans les clous.
- permet de conserver une trace dans le carnet.

J'espère avoir un moment lors de la pré-rentrée pour expliquer aux collègues cette nouvelle version, et leur demander de profiter de la diffusion pour faire un peu d'EMI avec les élèves. C'est une occasion à saisir pour vérifier qu'ils connaissent leurs propres obligations quant à la diffusion de photos sur internet.
Je peux même proposer d'être présente s'ils le souhaitent.

Bon, ça, c'est fait !

mardi 3 juillet 2018

Classement des romans, suite

Quand j'ai modifié en juin dernier le classement des romans pour créer des pôles, je savais que cela n'allait pas se faire tout seul !!
 
L’enquête passée auprès des lecteurs a montré une très grande majorité d’élèves contents des changements, donc je conserve l'idée de séparer par pôles d'intérêt.

Mais il reste pas mal de boulot !

mardi 26 juin 2018

Vos chaises !!!

Je pense que je vieillis !!
Il y a peut-être aussi un autre facteur : je crois bien, quand-même, que les élèves évoluent.
Il y a encore 2 ans, 50 élèves aux récré, et à la sonnerie, une fois tout le monde reparti, pas une chaise de dérangée, pas une BD pas à sa place, le tout sans ouvrir la bouche. C'était ma fierté !

Bon, ça, c'était avant.
Je passe maintenant ma journée à remettre les chaises à leur place, et en place (pas à 2 m de la table, quoi).

samedi 23 juin 2018

La presse en 6e, zoup, en 4e vitesse !

Timing post arrêt maladie oblige, cette année, au lieu des quelques heures tranquillou, j'ai eu 3h pour faire la presse en 6e, tambour battant !
Vite, Pressons !

samedi 16 juin 2018

Chers élèves, je vous aime bien, mais vous me courez un peu sur le haricot !

Moi, je suis pour donner la parole aux élèves, pour leur demander leur avis, pour faire du design thinking, des pratiques participatives, tout ça tout ça.
Et bien, j'ai bien fait de demander ce qui vous plaît au CDI, ça fait plaisir de voir que vous appréciez mon travail !
Mais il faut avouer que c'est un peu dur nerveusement !
Je m'explique.

jeudi 14 juin 2018

Débat en 4e

Je suis tombée il y a quelques mois sur un reportage diffusé sur LCP, relatant l'expérience d'un club débat dans un collège de Champigny-sur-Marne :
https://www.lapauseactu.com/debatteurs-champigny-pari-reussi (le film n'est plus en ligne aujourd'hui).

J'ai envoyé le lien à un collègue d'EMC, avec lequel on avait évoqué ce type de projets. Après quelques réunions entre nous, nous avons décidé de tester l'idée dans une de ses classes de 4e.

lundi 21 mai 2018

Surcharge cognitive en 6e : vite atteint !!

J'ai tenté de faire la semaine dernière une séance hyper bien conçue pédagogiquement, j’étais hyper fière de moi, pour faire découvrir les magazines aux 6e. Sur la base d'une découverte, puis d'une présentation aux autres, avec une première expérience d'exposé oral express.
Pour ceux qui s'étonneraient que je le fasse si tard dans l'année, je rappelle que j'ai passé 6 mois loin du CDI, d'où un peu de retard...

Je ne vous parlerai pas de cette séance, c'était le flop complet !
Ils n'ont rien compris, donc rien fait, rien lu, aucune équipe ne s'est concertée, mais tout le monde a beaucoup causé...

Vu que mon objectif premier, c'était finalement uniquement qu'ils connaissent les magazines du CDI, je me suis dit que pour les classes suivantes, j'allais changer la formule.
Accrochez-vous, c'est hyper technique pédagogiquement :
- petit tour du CDI pour repérer la place de chaque magazine
- retour dans la salle, où j'ai posé 4 magazines par table (deux titres différents)
- 1min30 pour en découvrir un, donc au bout de 3 minutes, on faisait tourner les piles de table
- et ce, jusqu'à la sonnerie, toutes les 3 min...

Variante 2019 : 

- 5 magazines identiques par table, 1 de plus que le nombre d'élèves
- 3 minutes (j'ai un sablier géant) par table, et un coup de pot à lait pour marquer le changement de table (avec des cailloux dedans, c'est un signal très efficace, à la limite de la maltraitance sonore...)
- et j'ai rajouté de l'explicitation, je me suis mimée en train de découvrir un magazine pour qu'ils fassent la différence entre lire et se bidonner à deux, et découvrir un magazine inconnu : "ah tiens, il y a un article sur ça, oh, une BD, dis donc, je ne savais pas qu'il y avait des infos sur la musique..."


Je vous avais prévenu, haut niveau de technicité !
Mais très grand rendement en terme d'efficacité, objectif atteint (enfin, quand ils ont réussi à comprendre qu'il fallait tourner toujours dans le même sens, sauf à vouloir découvrir les mêmes magazines en boucle...).

Pour une classe, j'ai quand-même dû rajouter une consigne : silence total !
C'était à qui allait trouver le plus de ressemblances entre les photos de son magazine et son voisin ("oh, regarde, on dirait machin..."), c'est devenu assez vite infernal.

Ce jour-là, c'est moi qui ai frôlé la surcharge : j'ai bien failli les jeter tous par la fenêtre !

Prochaine séance dans 15j : quelle différence entre un livre et un magazine, et pourquoi on les appelle périodique (cf dans esidoc). Je compte 1h !
Ah, les sixièmes, un monde à part ! Heureusement, les 5e carburent, j'en reparle en fin de semaine.

mercredi 25 avril 2018

La méthode "4 couleurs"

J'ai évoqué cette méthode ici pour la première fois.
Au départ mise en place à cause d'une extinction de voix, j'ai depuis peaufiné le système, et au fil des années, c'est devenu LA méthode de travail pour la plupart des activités au CDI.
Les élèves sont maintenant habitués, et les affiches (fichier) sont toujours sous notre nez :

Le principe, c'est de changer de couleur de crayon selon le mode de travail, et d’enchaîner toujours les étapes dans le même ordre. La méthode s'adapte à peu près à toutes les situations.

L'étape bleue, c'est le moment individuel, dans le silence, chacun face à lui même et ses souvenirs, ses connaissances.
Lors de l'étape noire, je circule, je les observe travailler, et je réajuste s'ils n'arrivent pas à mettre en commun, à se parler, à échanger, à intégrer tous les élèves.
L'étape verte n'est pas systématique. Elle intervient si je n'ai pas donné la bonne réponse, mais juste indiqué si c'était bon ou pas. Les corrections sont ensuite à faire à l'aide de documents (écrits, vidéo) donnés ou trouvés seuls. Cela dépend des sujets.

J'ai utilisé la méthode ce mois-ci en 6e et 5e, pour les évaluations sur le vocabulaire (informatique, presse). Je vais en faire un CR pendant les vacances.


La première fois que je fais utiliser la méthode en 6e, on jette les brouillons. La 2e fois, je distribue des feuilles à carreaux qu'on conserve. Petit à petit, leur utilisation des couleurs s'affine, ils organisent leur page, parfois font des colonnes. Certains ont du mal à laisser les erreurs (ils blancottent) ou oublient de les barrer.

Cette façon de travailler me permet de limiter mes prises de parole, de libérer celle des plus timides, d'évaluer le niveau préalable des élèves, de les aider à développer leur capacité à travailler en équipe. Et en même temps, c'est l'activité d'apprentissage. Quand on va jusqu'à l'étape verte, les élèves ont des recherches à faire, des lectures ou des visionnages de vidéos.

En analysant leurs brouillons, on peut leur faire remarquer qu'ils savent plein de choses (plein de bleu correct), qu'ils ne savent pas travailler en équipe (rien en bleu, rien en noir alors que les autres de l'équipe avaient écrit des choses), ou qu'ils ne sont pas sérieux lors des corrections (rien en rouge) ou pendant les recherches (rien en vert).
On voit leur travail dans le temps.

J'ai rajouté cette année deux modifications :
- la correction avant la recherche d'informations extérieures. C'est ce que préconise la pédagogie explicite, ne pas laisser les élèves trop longtemps avec des erreurs.
- une nouvelle façon de faire la correction. J'ai 6 tables de 4 élèves, plus ou moins remplies selon les classes. Pour corriger la question 1, les élèves 1 des tables doivent me dire à haute voix, les uns après les autres, ce que leur table a trouvé suite à l'étape noire. On écoute toutes les propositions, et ensuite seulement, je dis qui a raison et qui a tort. Selon les situations, je rajoute des explications. Pour la question 2, ce sont les élèves 2. Et ça tourne. Tout le monde est donc obligé de suivre, et il n'y a pas non plus 10 élèves qui parlent en même temps.

Non seulement c'est très efficace pédagogiquement, mais en plus, je gagne du temps puisque les consignes sont toujours les mêmes.
Le crayon 4 couleur, c'est l'outil pédagogique le plus innovant que j'ai trouvé depuis quelques années !
Mieux que la tablette, voici l'outil le plus innovant de la décennie ! (soyons juste, à égalité avec les post it !)

samedi 14 avril 2018

Application concrète 4 : actualisation des séances en 6e, la suite

Par un hasard prodigieux, j'ai vu Vice-versa la veille de ma première séance "bric à brac" en 6e : évaluation de vocabulaire informatique, distribution des codes esidoc, réservation, liseuses. A priori, pas grand chose de commun.
Je ne le savais pas encore, mais cela allait me donner le fil rouge de ma séance du lendemain.


mercredi 4 avril 2018

Application concrète 4 : actualisation des séances en 6e

Du fait de mon absence, j'ai dû caser en encore moins d'heures qu'avant le contenu déjà réduit de mes séances en 6e. Du coup, de la contrainte est née un nouveau rythme, assez intensif, mais que je vais sûrement garder.
De l'art de la synthèse !!

mardi 27 mars 2018

Application concrète 3 : expliciter les objectifs

"Madame, on fait quoi aujourd’hui ?" 

C'est la grande question à l'entrée du CDI, signe que les élèves ont compris qu'ils n'étaient pas là pour enfiler des perles (ça, c'est le midi...).
Enfin, certains élèves...

J'ai donc créé une affiche des usages du CDI (trouver un livre, une info, utiliser un ordi) avec leur équivalent en terme de savoirs et d'apprentissage (connaître les classements, savoir se servir d'un logiciel documentaire, d'un moteur de recherche, savoir ce qu'est un navigateur).

Autant profiter de notre chance : nos séances ont un lien fort avec le quotidien des élèves, qu'il soit scolaire ou personnel. Autant en faire un atout pour marquer leur utilité.

L'affiche est affichée partout au CDI.
J'essaie de la vidéoprojeter au début des séances (parfois, j'oublie, les changements d'habitudes mettent longtemps à se mettre en place, même pour nous) pour expliciter l'objectif de l'activité du jour : "apprendre ceci, pour pouvoir faire cela."

Pour plus d'infos, voir le "bilan sciatique 2".

1er effet sur les élèves, et 2e effet sur l'institution


En effet, rendre officielle ma démarche pédagogique grâce à un visuel simple peut permettre d'aider à concrétiser la fameuse phrase de la circulaire : "Les heures d'enseignement sont effectuées dans le respect nécessaire du bon fonctionnement du CDI.

Le "bon fonctionnement", c'est tout ça.
Une organisation qui ferait la part belle à l'ouverture sur heures d'étude (1er niveau de la carte) reviendrait à donner les clés de la voiture à quelqu'un qui ne sait pas conduire.
De la même façon, lui apprendre à conduire (les bulles) sans lui donner de voiture à conduire serait tout aussi stérile. Autrement dit, faire tellement de séances que le CDI en deviendrait inaccessible aux élèves de l'étude ne serait pas plus fécond.

Tout est donc une question d'équilibre, dans un sens, comme dans l'autre.

lundi 19 mars 2018

Application concrète 2 : Attention, concentration, méditation, relaxation

J'ai expérimenté pour moi la méditation et des techniques de relaxation.
J'espère arriver à me tenir à une pause de 30 min le soir en rentrant, avec une scan du corps, une méditation (guidée, en musique ou silencieuse).

Évidemment, on ne se refait pas, cela m'a donné envie de proposer aux élèves des activités de ce type.
Petit panorama de mes idées après le clic :

mardi 13 mars 2018

Application concrète 1 : les régles "bienveillantes"


Mon absence m'a permis de découvrir un aspect de mon fonctionnement dont je n'avais pas pris conscience. En effet, je ne pensais pas que l'ambiance du lieu était aussi importante pour les élèves, et pour beaucoup de collègues.

Alors, si je ne peux pas tout faire à l'avenir, et si je dois sacrifier un enseignement pointu de culture numérique, peut-être que ce n'est pas si grave, si à la place, je peux aider à mettre en place des projets pour que les élèves se sentent bien et aient le sourire.

Pour commencer, j'ai décidé d'afficher clairement la couleur, avec des règles de vie "bienveillantes". J'ai trouvé cette affiche sur le site d'une collègue de primaire
http://www.charivarialecole.fr/2016/10/26/a48112113/.
Cela m'a séduit, pour remplacer les traditionnelles règles de vie (qui ne sont d’ailleurs pas affichées aujourd’hui, mais tacites).

Ces règles ne sont pas unilatérales : ce ne sont pas des obligations des élèves vis à vis du lieu ou de moi. C'est un mode de fonctionnement qui s'appliquent à moi envers eux, à eux envers moi et à eux entre eux.
Donc, vous avez vu, je ne râle plus !

https://i0.wp.com/listspirit.com/wp-content/uploads/2017/11/citation-citation-bonheur-vie-estime-de-soi.jpg?fit=720%2C960&ssl=1


 Pour plus d'infos, voir le "bilan sciatique 2".

vendredi 23 février 2018

Sciatique pédagogique, tous les articles

Mon aventure sciatique est bientôt terminée, je reprends le boulot dans 15j.
Voici le voyage que j'ai fait pendant ces 5 derniers mois.
Je suis presque prête à reprendre. J'ai l’impression d'être la soeur des 6 cygnes, en tain de tisser ma dernière chemise... Un mois par cygne !
Ouf, 3e bilan terminé, je peux reprendre !
Les articles introductifs
- Donne moi le temps !
- Le sommaire

Les débats
- Projets or not projets
- L'approche par compétences
- Une école "efficace" ?l
- Explicite ou explicite
- Peut-on se fier à John Hattie
- Les neurosciences

Les zooms
- André Tricot
- La pédagogie Explicite

Le bilan

- 1ère partie : ce que je retiens
- 2ème partie : concrètement, cela donne quoi, demain au CDI ?
- 3ème partie : la théorie à l'épreuve de la réalité, quand voir les élèves ?

Sciatique pédagogique, le bilan 3/3 : la théorie à l'épreuve de la réalité, quand voir les élèves ?


Jusqu’à maintenant, j'ai fait comme si tout allait bien.
Je vais savoir mieux gérer quand j'ai des élèves, et c'est vraiment super. Mais j'ai eu le malheur de me demander QUAND j'allais les voir, les élèves, pour faire toutes ces belles activités efficaces ?
Ceux qui veulent rester sur une note positive, et ne pas entendre pleurnicher ne devraient pas ouvrir la suite du billet.

Sciatique pédagogique, le bilan 2/3 : concrètement, demain au CDI, ça donne quoi ?

J'ai listé les éléments selon qu'ils me serviront avant une séance (pour choisir le bon scénario), au début du travail avec une classe (pour lancer le travail), et pendant la séance (pour gérer le travail et la discipline).
Il y a donc à la fois des éléments de pédagogie, et des éléments de gestion de groupe, d'ambiance de travail.

J'ai mis des tableaux, c'est pas facile à insérer dans un billet, donc voici la version pdf.
Sur certains éléments, une fois que je les aurai utilisés "en vrai" au CDI, je ferai des petits billets bilans, pour dire s'ils fonctionnent ou ne fonctionnent pas.

Sciatique pédagogique, le bilan 1/3 : ce que je retiens


On pourrait se dire que puisque personne n'est d'accord sur rien, cela nous fait une belle jambe d'avoir parcouru tous ces débats pédagogiques ! Je ne le pense pas. Au contraire, je m'en sors avec une jambe neuve, bien sûr, mais surtout une pédagogie clarifiée.

Je ne dis pas que tout ce que je faisais était mauvais, mais j'ai repéré les choses bien, j'ai compris pourquoi j'avais l’impression qu'elles étaient bien, je vais donc pouvoir les renouveler. J'ai aussi compris pourquoi certaines autres situations me laissaient sur ma faim, et je sais maintenant comment les corriger.
C'est ici pour la version pdf. C'est trop long pour un billet.

jeudi 22 février 2018

Sciatique pédagogique, les zooms : Pédagogie Explicite

Voici le résumé que j'ai fait sur la Pédagogie Explicite avec des majuscules.

Sciatique pédagogique, les débats : sauvés par les neurosciences ?

La découverte des neurosciences semble ouvrir des vraies perspectives. On se dit qu'on les tient, les solutions !! Et scientifiques, en plus !Mais notre enthousiasme est un peu refroidi à la lecture d'articles ici ou là, où on nous met en garde contre un trop grand engouement, en rappelant que la pédagogie ne se résume pas à la connaissance du cerveau.
Alors, sauveurs ou pas sauveurs ? Voyons tout cela de plus près.

vendredi 9 février 2018

"Trois d'un coup"

Les études permettant de désigner les méthodes pédagogiques efficaces sont sur le devant de la scène en ce moment, avec une mise en exergue des méthodes d'instruction directe, notamment la "Pédagogie Explicite". Or, on rencontre beaucoup d'écrits pour remettre en cause :
- la notion d'efficacité
- la validité des études qui la recherchent
- et la Pédagogie Explicite ou l’explicite en pédagogie

Je publie donc les 3 billets suivants d'un coup, ils sont très liés.

Sciatique pédagogique, les débats : explicite ou Explicite ?

Et oui, la casse compte beaucoup !
On croise le chemin de l'explicite partout en ce moment. Mais si la nécessité d'un enseignement explicite fait l'unanimité, les méthodes, elles, un peu moins !
Certains prônent de l'explicite dans enseignement, et d'autres exigent un Enseignement Explicite. Et si tous parlent de la même chose (faire la chasse aux implicites) et ont les mêmes objectifs (faire réussir les élèves les plus en difficulté), ils n'ont pas du tout la même démarche. Les débats sur ce sujet sont même virulents.
Découvrons donc ces protagonistes et leurs arguments.

Sciatique pédagogique, les débats : peut-on se fier au travail de John Hattie ?


André Tricot le cite souvent, et la Pédagogie Explicite s'appuie sur son gigantesque travail de synthèse de centaines de méta-analyses en éducation, pour déterminer quelles méthodes sont plus efficaces que d'autres.
Mais tout le monde n'en tire pas les mêmes conclusions.
La Pédagogie Explicite, par exemple, décide d'éliminer totalement celles jugées moins efficaces, même s'il est dit qu'elles pourraient dans certaines conditions développer certaines compétences.

Mais après avoir lu beaucoup de textes sur cette pédagogie dite efficace, je suis tombée sur d'autres articles, qui alertent sur le fait que le travail de John Hattie n'est peut-être pas si fiable que ça. Ce serait très embêtant, ça ! On tirerait donc des conclusions de mauvais constat ?
Par ailleurs, d'autres auteurs alertent aussi sur le terme d'efficacité (cf billet).

Je me suis donc empressée d'aller y jeter un oeil.

Sciatique pédagogique, les débats : une école efficace ?


On parle beaucoup aujourd'hui d'école efficace, et beaucoup d'études (celles de John Hattie ou de Steve Bissonnette, mais pas seulement) décryptent les méthodes pédagogiques pour déterminer la plus efficace. Ils nous disent ensuite comment procéder pour être efficaces.
Cela semble naturel d'essayer de l'être, et on serait tentés de foncer. Mais cela n'est peut-être pas si simple.
Nous reviendrons sur ces pédagogies préconisées dans le prochain billet, mais pour l'instant, intéressons-nous au terme "efficace".
De quelle efficacité parle-t-on ? Qui décide des critères ? Tous les effets attendus sont-ils évaluables ?

mardi 6 février 2018

Sciatique pédagogique, les débats : l'approche par compétences

Poursuivons notre petit tour des débats pédagogiques avec un zoom sur la notion de compétence.
Ah ! L'approche par compétences (APC) !
On en entend parler depuis tellement longtemps qu'on a arrêté d'être critiques.
Ceci dit, sur ce sujet, il semble ne pas y avoir débat, tout le monde a l'air à peu près d'accord :
"Selon nous, l’approche par compétences - dont nous considérons que les deux piliers constitutifs sont l’entrée par la complexité d’une part et la définition des compétences par des familles de situations d’autre part - est discutable tant sur le plan théorique ou scientifique que sur le plan de ses implications pratiques." Crahay 2014
Nous voilà bien !

jeudi 1 février 2018

Sciatique pédagogique, les zooms : André Tricot

Vous trouverez ici un résumé de ses conférences et de quelques livres et articles.
Cela ne peut pas suffire à tout comprendre, il faut au moins regarder une de ses conférences. Il y a les liens à la fin du document.

mercredi 31 janvier 2018

Sciatique pédagogique, les débats : projets or not projets ?

Je n'avais pas écrit de texte aussi long depuis le Capes !
Je le met donc aussi en version pdf, c'est peut-être plus pratique qu'en ligne.
Si vous repérez des erreurs, surtout, dites-le moi. Je ne suis pas une experte, j'ai appris en même temps que j’écrivais !

Bécassine au pays de la pédagogie !

Pas d'illustration dans la suite, je n'ai pas le temps, j'ai un Tricot sur le feu !

vendredi 26 janvier 2018

Sciatique pédagogique : le sommaire

Comme je l'ai évoqué dans mon précédent billet, je suis immobilisée depuis maintenant 4 mois, avec une sciatique infernale.
Ne pouvant rien faire d'autre, j'ai donc passé beaucoup de temps sur Internet :
- j'ai regardé à nouveau les conférences d'André Tricot. J'ai lu ses livres sur les mythes en pédagogie.
- j'ai fouillé du côté des neurosciences.
- je suis tombée par hasard sur la pédagogie explicite. C'est un terme à la mode, il est repris de plus en plus dans des textes officiels, mais il est revendiqué aussi par un courant issu de recherches anglo-saxonnes. Et entre les deux, c'est quasiment la guerre !
- j'ai essayé de comprendre les différences entre Freinet, Montessori, les écoles démocratiques...
- j'ai révisé (appris...) l'histoire de la pédagogie, il y avait du boulot !
- et j'ai découvert les Toltèques, aussi !

Au final, j'ai lu des centaines de pages, visionné des dizaines d'heures de conférences, rédigé tout un tas de résumés et de sélections de sites. Le tout allongée au lit, merci les tablettes !

J'ai lu Magyk, aussi ! C’est tout mignon, super sympa.

Le problème, c'est que la synthèse est difficile à faire.
Il est en effet très complexe de démêler les thèses rencontrées sur Internet.
J'ai croisé très souvent une chose et son contraire, et souvent, je suis d’accord avec tout le monde (c'est mon côté Bisounours). Signe qu'il y a des trucs qui m'échappent...

Je vais donc exposer quelques points de vue contradictoires rencontrés, suivis des idées que leur digestion très progressive m'a donné pour le CDI.
J'avais au départ prévu de tout publier dans le même billet, mais c'est bien trop long, et je vais découper. Je vais publier peut-être à des dates rapprochées, vous pourrez tout retrouver dans le sommaire à "sciatique pédagogique".
On va prendre le temps, c'est la moindre des choses !! (cf billet précédent)

lundi 22 janvier 2018

Donne-moi le temps !

"Donne-moi le temps
D'apprendre ce qu'il faut apprendre
Donne-moi le temps
D'avancer comme je le ressens"
      Je vous laisse chercher qui chante ça...

Et bien donnons-leur le temps !

Toutes mes recherches depuis plusieurs mois arrivent à cette conclusion : les défauts de mes activités viennent du fait qu'il faut courir, économiser des heures, ne pas trop boulotter les cours des collègues. On ne voit pas les élèves assez souvent, ni assez longtemps.
Du coup, on ne laisse pas le temps aux processus d'apprentissage de faire leur boulot.
On squeeze des étapes, on donne les solutions, on élude la formalisation des notions. On fait de la surcharge cognitive, on n'est pas explicite, on ne vérifie pas les pré-requis, on ne fait pas assez de rétroaction en direct.
On ne fait faire qu'une fois, et après on passe à autre chose.

Et après, on râle que les élèves n'ont pas retenu, n'ont pas appris.
Ce serait presque de leur faute ! Avouez, est-ce que vous ne vous êtes jamais dit : "ils n'ont pas écouté, bon sang !!"

C'est assez épouvantable, parce que j'espérais un peu trouver des solutions miraculeuses. 
Ben pas moi !
Ben non, il faudrait juste arrêter de courir, et se donner le temps, comme le dit Jenifer ? Arghh, j'ai vendu la mèche !

Bon, à force de lire des tonnes de choses, j'ai bien fini par trouver quelques astuces pour ne pas désespérer. 
J'ai prévu de vous les présenter, mais avant, je vous ai préparé un digest de Tricot/Pédagogie explicite/neurosciences, lu avec des yeux de Toltèque ! 
Et vous allez le voir dans le prochain billet, c'est pas simple de démêler les thèses en présence.
Pour arriver à tout intégrer, puis prendre du recul, il fallait bien une sciatique. Une fichue sciatique pédagogique !

lundi 15 janvier 2018

Des marque pages thématiques

Voici un des éléments de mon plan d'attaque "tous avec un bouquin", tel que je l'avais prévu l'an dernier (version pdf).
J'ai même pu le faire à distance (oui, toujours en arrêt !), et le collègue de français s'est chargé de leur distribuer.
Oui, j'aurais pu utiliser Canva ou un autre logiciel de belle mise en page. Mais si je fais déjà les choses bien, je ne pourrai pas dire aux élèves à mon retour  "C'est moche, hein ?! Et bien à vous de jouer !!".
C'est moche, mais c'est pédagogiquement fait exprès !! Sissi !