dimanche 7 juillet 2019

Un joli journal en 4e ! Euh non, finalement...

Imaginez !
Imaginez que vous ayez passé des heures avec 3 collègues à créer un chemin de fer dans un logiciel de mise en page en ligne, et à partager les pages entre les 2 classes participantes.
Que vous ayez fait travailler les élèves en équipe pour écrire et taper les textes, créer et scanner les images.
Que 2 élèves missionnés par leur classes soient venus sur leur temps libre tout insérer dans le logiciel en ligne, en respectant le chemin de fer.
Que les collègues soient passées rapidement finaliser avant les vacances pour pouvoir hop publier, hop un clic sur le lien pour ouvrir le projet, et hop :
Et bien je peux vous assurer que vous relativiseriez les apports du numérique !

mercredi 3 juillet 2019

Une cote à l'endroit, une cote à l'envers...

Cela fait un an que j'ai publié mes essais de changements d'espaces. Pour revivre mes aventures, c'est ici.
Voici l'heure du bilan.
Si pour les romans, les choix se sont avérés très pertinents, pour les livres doc il restait encore des décisions à prendre, et j'ai découvert d'autres chantiers, qui m'ont mis la tête à l'envers ces jours-ci.

Abonnements, le grand cataclysme !

J'arrête Okapi !!!
C'est fou, non ?
Je le pense aussi.

samedi 22 juin 2019

Rappels de livres sexistes

Hier j'ai fait par téléphone une trentaine de rappels de livres. Et bien figurez-vous que j'ai réalisé que je choisissais dans Pronote systématiquement le numéro de portable de la mère !

Moi, défenderesse de l'égalité entre les sexes, je suis assez honteuse !
En tout cas, cela m'a fait pas mal réfléchir sur l'image que mon cerveau se fait des pères et de leur cerveau masculin.

Alors cherchons une explication.

mardi 28 mai 2019

10 ans d'intergénération

On a fêté en 2018 les 10 ans de l’inter-génération, entre le CDI et des bénévoles qui viennent lire ou jouer. La lecture, c'est sur les heures de cours. Les jeux, c'est le midi sur des temps de club.
On vient d'achever notre session de printemps, et bon sang que c'était bien !

Par contre, si comme le dit ce site, il faut utiliser des tablettes et le numérique pour être innovant et dans le vent, passez votre chemin, on a tout faux !
https://www.lesechos.fr/thema/transformation-services-publics/education-nationale-les-enseignants-des-acteurs-essentiels-de-la-digitalisation-1024277
(Mathador sur tablette, et ça devient innovant ! Non mais ! Surtout ne pas en parler à la collègue de math qui utilise depuis toujours le jeu de plateau avec ses élèves...)

Voici quelques photos souvenir. Cette année, j'ai ressorti les fils à linge.

Présence numérique en 5e

J'ai remodifié ma séquence cette année.
J'ai récupéré la 2e h, où nous (moi et la collège CPE quand elle arrive à se libérer) faisions faire des avatars aux élèves, pour y mettre une activité en binôme sur ordinateur, avec des vidéos à regarder. Si cela les intéresse, ils font les avatars sur les heures d'étude.
J'aimerais bien avoir une 3e h, mais bon, c'est déjà beau quand j'arrive à caser les 2 premières. J'aborde donc seulement le 3e sujet, en leur disant que si cela les intéresse, je peux leur montrer des vidéos ou leur donner des noms de youtubeurs à suivre. De toute façon, en 5e, ils ne sont pas tous capables de suivre sur ces sujets un peu techniques, et ne sont pas tous intéressés.


vendredi 10 mai 2019

Comment apporter ma pierre à la nature ?

(Divulgâcheur : c'est plus gai à la fin qu'au début du billet...)

Je rentre le soir en ce moment un peu lassée, et pour tout dire pas hyper enthousiaste de mes journées : heures d'étude enchaînées, ordinateurs occupés à 100% pour les merveilleux diaporamas pour l'oral de brevet, pour les exposés à sujets libres de fin d'année (ah, les recherches sur les rappeurs, les extraterrestres, les footballeurs), les sélections BD et les nouveautés romans qui décorent les grilles et prennent la poussière...
Le soir, je passe devant les poubelles de recyclage qui débordent, les élèves ont gardé des habitudes mais plus personne n'a repris le flambeau depuis que j'ai souhaité arrêter de m'en occuper il y a deux ans.
Et puis je rentre à la maison, j'allume l'ordi, je lis mes tweets, je dépouille L'important.fr... Et je dois avouer que cela ne compense pas trop ma baisse de moral !
Comme beaucoup, je suis victime de "solastalgie" ! (cf article de Libération)

Pour couronner le tout, je suis même de plus en plus obligée de me fâcher en club jeux, un moment totalement offert aux élèves sur mon temps libre du midi, pour leur permettre de jouer au foyer ou dehors au ping pong. Et bon sang que je suis persuadée qu'ils en ont besoin, de jouer entre eux. Normalement, je n'y vais pas à reculons, c'est vraiment des moments chouettes.

Alors vendredi dernier, alors que j'appréhendais de revivre la même chose, les mêmes tensions, j'ai décidé au moment de partir, mon cartable à la main (enfin ma valise, j'en ai déjà parlé ici), de trouver un nouveau sens à ma vie à mes journées au collège !
C'est décidé, tant pis pour le Uno et le ping pong, j'arrête le club jeux pour me libérer une plage pour autre chose. Pour me sentir utile à quelque chose de plus grand que le seul bien-être des élèves.