jeudi 6 avril 2017

Des chiffres et des lettres : les statistiques à l'appui de ma stratégie lecture

Des chiffres pas sympas ?


J'ai cité dans un précédent billet le nombre d'emprunts cette année :
- environ 1000 prêts cette année à ce jour, contre 2000 l'année dernière, avec deux mois de plus
- 400 BD et manga contre 800 l'an dernier
- 383 romans (dont 125 romans prêtés dans le cadre d'un emprunt obligatoire en français) contre 1015 l'an dernier
C'est pas fameux.

J'ai utilisé le module tout fait dans BCDI, statistiques de prêts par classe, pour voir le nombre d'élèves qui ont emprunté par classe.
On voit qu'il y a eu 250 emprunteurs (au lieu de 381 l'an dernier).
En troisième, où il n'y a eu aucune visite de classe au CDI (ni pour la lecture, ni pour la recherche documentaire), on compte 2 ou 3 emprunteurs par classe.
Bon.


Voyons maintenant qui se cachent derrière les fiches de prêt, pour relativiser éventuellement le désastre.


Qui se cachent derrière les 1000 prêts ?
Pour savoir si les 125 emprunteurs des projets lecture en français ont emprunté aussi d'autres livres, j'ai utilisé la formule suivante dans Recherche/ Emprunteurs :
Statut M. = ~Elève~ et Liste Prêts supérieur à
Voici les résultats :
supérieur à 1 = 148
supérieur à 2 =105
supérieur à 3 = 84
supérieur à 6 = 48

On voit qu'une centaine d'élèves a emprunté une seule fois, sans doute pour l'emprunt obligatoire en français. On ne saura jamais si parmi les 25 autres, certains ont emprunté suite à cette sollicitation, ou auraient de toute façon emprunté, étant déjà lecteurs.
Finalement, quelque soit les années et le nombre d'emprunts au total, on tombe très vite à 150 emprunteurs (plus de 1 ou 2 emprunts selon les années), puis à une cinquantaine d'emprunteurs très actifs.

Donc, la différence cette année, ce n'est pas tant la baisse du nombre d'emprunteurs volontaires que la baisse du nombre de livres/élève, y compris parmi les gros lecteurs.
Parmi les explications possibles, il y a la baisse des emprunts obligatoires ou encadrés (baisse des heures où les enseignants prévoient des moments de lecture sur place avec emprunt facultatif ou obligatoire) et l'arrêt total des sollicitations de lecture en 6e et 5e dans le cadre des heures EMI-CDI.

La lecture sur place pendant les heures d'étude ne me semble pas en baisse. Cependant, elle ne concerne que les BD/mangas et un peu de magazines.
Et il y a moins de visiteurs à la récré ou le midi, les temps forts pour les emprunts d'habitude.

Tout cela est à la fois totalement désespérant (on ne sert sans doute pas à grand chose...) mais aussi porteur d'espoir, puisque je perçois mieux les différents profils. La solution est peut-être dans le profilage des actions, et pas dans "la même chose pour tout le monde".


Alors, 50 lecteurs (presque 10% des élèves) : un chiffre incompressible ? 

Est-ce possible ?
Si j’arrêtais toutes les incitations, est-ce que ces 50-là seraient toujours lecteurs ? On ne va pas tester... Même si la réponse m'intéresserait, je vais laisser l'hypothèse in-vérifiée...


Une statistique conforme aux statistiques nationales ?

Si j'en crois ce site, je ne suis pas loin des 12 % annoncés pour la tranche d'âge collège. D'autant qu'avec un collège majoritairement masculin, sportif, et avec une grosse segpa, je cumule les handicaps statistiques.
Mais si j'en crois celle-ci, ils sont 74% en collège à lire pour le plaisir..


Du coup, l'analyse de ces chiffres me permet d'affiner le plan de bataille décrit précédemment :

Ou comment concilier les maths avec la lecture. L'esprit d'équipe, vous dis-je !

- Je vais arrêter de me prendre la tête : je peux faire "au mieux", mais pas forcément "beaucoup mieux" ! (Et là j'entends quelqu'une qui râle : "Arrête ton char, tu adores te prendre la tête !!")

- Il faut absolument que j'arrive à faire mettre en place davantage de projets pédagogiques avec les collègues pour faire lire des romans sur place (1er pas vers l'emprunt).

- Je vais relancer la lecture numérique, avec l'achat de 4 nouvelles liseuses à la rentrée de septembre. Les 4 précédentes sont vieillissantes et plus du tout attractives. Il faut aussi que j'investisse dans des romans récents.

- Je vais veiller à mettre en place toutes les idées des précédents billets, reprises dans le plan d'action diffusé à ma direction.

- En m'aidant du logiciel de prêt, je vais lister qui sont les petits emprunteurs (il y en a une centaine) et les cibler par des actions adaptées à leur profil pour qu'ils aillent grossir les rangs des "50.

- Je peux mieux cibler aussi les 50 "gros" emprunteurs, pour qu'ils soient consolidés et accompagnés dans leurs pratiques de lecteurs : invitations individualisées, sollicitations directes, conseils de lecture.

- Ah oui, aussi : j'ai placardé sous le préau des affiches indiquant que le CDI est ouvert à la récréation du matin ! C'est ballot, mais si on oublie de leur rappeler, ils l'oublient...

ça parait bête ? 2j après, j'ai doublé les visiteurs ! Et il pleut même pas !

- Et je vais, dès la fin du projet journal CM2, faire lire les 6e sur les heures au CDI !


A faire, aussi : trouver le questionnaire qui a servi à cette enquête, pour la faire passer à mes élèves !
Capture d'écran
Enquête Ipsos pour le CNL en juin 2016

Je sais bien qu'il n'y a pas que le CDI comme source d'approvisionnement en livres, mais de là à dire que 40% de mes élèves lisent tous les jours... Il me faut ce formulaire d'enquête !
(22 avril 2017 :  j'ai mis la main sur l'analyse détaillée de l’enquête, il y a le lien vers le formulaire en annexe, mais je n'arrive pas encore à l'ouvrir. Je n'ai pas dit mon dernier mot !)

Heureusement, il y a des choses qui marchent bien.
Après quelques mois de jachère, tout démarre en même temps, ce qui explique le nombre de billets en ce moment ! J'ai plein de choses chouettes à raconter. 
Comme les coachs, par exemple. La nouvelle formule est une réussite, je suis contente. Je fais le bilan et je publie. 
Entre temps, j'ai aussi rangé mon bureau. Sissi. Avec un nouveau concept picoré sur le site d'Ln. J'ai fait des photos !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire