jeudi 12 juin 2014

De la vidéo en classe entière ? Non merci !!

Et bien on peut dire que l'année se termine sur les chapeaux de roues ! Je l'ai un peu cherché, aussi, puisque j'ai décidé de tester de la vidéo classe entière avec 3 classes de 6e (et un groupe de DP3). Du coup, les séances sont un peu épiques !

Couverture de livreJe comptais beaucoup sur l'autonomie des élèves, que je trouvais plus auto-dépatouillants que l'an dernier, et relativement à l'aise sur ordi. Erreur de jugement ! Rajoutons quelques (ah ah ah) problèmes informatiques, on arrive à des situations parfois proches de l'apocalypse...

Voici un avant-goût de ce que sera le bilan de mon projet-MOOC dans 15 jours : "Vous voulez faire du son avec des élèves en classe entière ? Et bien ne le faites pas !!". Il y aura quand-même quelques éléments de réflexion pour aider ceux qui voudront jouer les kamikazes, parce qu'il y a des solutions pour éviter le pire...

Tiens, en parlant du MOOC, j'ai fait l'expérience (désagréable) la semaine dernière d'être évaluée par "mes pairs", comme ils disent. J'ai créé gentiment ma petite carte heuristique "bilan intermédiaire" de mon projet, et j'ai attendu les évaluations (évaluation sur des critères qu'on n'a découvert qu'APRES avoir déposé la carte, d'ailleurs, c'était tout à fait pédagogique...). De mon côté, j'ai observé avec bienveillance les cartes des collègues, en mettant quelques commentaires gentils. 
Un "pair" m'a mis comme appréciation : "Honnêtement, je ne suis pas certain que les pistes proposées soient très pertinentes et c'est dommage car le sujet est intéressant. Ceci étant, c'est beaucoup plus simple à faire que l'auteur du projet et de la carte ne le laisse penser".
Collègue, si tu m'entends, au lieu de me casser du sucre sur le dos en me prenant pour une cruche, sois sympa, et donne-moi tes solutions si simples ! Mais seulement si tu as essayé de gérer en parallèle 3 projets vidéos avec des 6e, en classe entière, et sur moins de 5 heures...
Couverture de livres
Sur le papier, le défi ne me faisait pas trop peur.
Mais au cours de ces séances, j'ai découvert que :
- Contrairement à ce que le technicien (entreprise privée chargée du réseau) m'avait affirmé, aucun logiciel Movie Maker n'était installé en salle info sur les sessions élève (donc, exit la solution miracle du dernier billet !)
- Audacity ne fonctionne qu'en mode administrateur (utile d'avoir vérifié les postes avec ma session !)
- Vocaroo en ligne (pour échapper à audacity non installé) ne fonctionne pas non plus. Une histoire de plug-in...
- La plupart des ordi n'ont pas de son qui sort des petits trous, même quand on fouille dans les cases à cocher (évidemment, on n'a pas d'enceintes, et les élèves étaient en équipe, donc un seul casque à se passer, pas trop pratique). Certains font aussi des trucs bizarres avec le son, genre distorsion voix sur-aiguë alors qu'on n'a rien demandé à personne...
- Les élèves ne savent pas prendre de photos, elles sont toutes floues, et quand ils en prennent, c'est 200 d'un coup ! Comme ça, c'est chouette à trier ! Pour le son, c'est pareil, on enregistre 30 fois la même phrase, c’est tellement plus rigolo...
- Les vieux appareils se déchargent au bout de 15 min, "Madame, y'a plus de batterie !"
- Rien ne ressemble davantage à un câble USB qu'un autre câble USB
- Rien ne ressemble plus à un élève qui travaille qu'un élève qui brasse du vent... et comme je courais partout pour trouver un câble, un casque, récupérer un fichier... je n'ai pas trop aidé les élèves dans leurs recherches d'infos. Et quand on n'a pas d'infos, difficile de finaliser par un montage...

Couverture de livreBref, si on fait le point, qu'on relativise, et surtout, surtout, si on prend de bonnes résolutions pour l'an prochain, pour garder la santé encore quelques années, voici ce qu'on pourrait retenir de mon année de projets "innovants numériquement" :
- Un élève de 6e est un enfant immature qui aime jouer, causer et souvent, ne rien faire : donc il faut le guider davantage, le surveiller, et faire des bilans intermédiaires pour l'obliger à dire "aujourd'hui, je n'ai rien fait"
- Quand un élève de 6e dit qu'il va nous envoyer un fichier fait à la maison par courriel, ou amener sa clé, il ment
- Un élève de 6e a envie de faire des choses variées et nouvelles : donc il faut continuer à utiliser des outils "innovants" et collaboratifs. Mais sans aller jusqu'au montage vidéo ou sonore collectif ! Je vais garder ces idées pour les clubs.
- Un élève de 6e a juste besoin de savoir faire un exposé A4. Avec un beau titre fait avec dafont, deux paragraphes avec deux illustrations bien choisies et deux textes sourcés. Exit les sujets trop vastes ou complexes, et les projets sur plus de 4 semaines
- Un élève de 6e a besoin de connaître à fond le CDI, parce que ce n'est pas en 5e qu'il va fouiller partout...

Donc, cap sur la lecture, la connaissance des documents existants, la maitrise des outils et des lieux de lecture, BM comprise. Recentrage sur des activités plus courtes, et beaucoup plus de lecture sur place.

Et aussi plus de bilans. Il faut que je réfléchisse davantage à l'évaluation, pour pouvoir valider le socle, mais aussi pour que les élèves aient davantage conscience d'avoir découvert quelque chose (et donc que je sers à quelque chose). J'ai envie de tester les évaluations numériques (merci le MOOC...). A partir d'activités en ligne sur un moddle, par exemple, mais il y a des tas d'outils possibles.

Et des activités collaboratives, aussi, et des affiches interactives, des murs sonores, des clips littéraires... Vous aviez vraiment cru que j'allais revenir aux exercices de cotes plan-plan ? Maintenant que j'ai vu comment éviter le pire, je ne vais sûrement pas laisser de côté tous ces nouveaux outils amusants ! J'ai des dizaines de sites et logiciels à tester ! Vivement les vacances !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire