mardi 19 septembre 2017

L'EMI, l'info-doc, un doux mélange

Un doux mélange, parce que j'ai du mal à séparer les deux dans ma pratique.
Ou même à les identifier. 
Du fait de la suppression des heures-CDI en tant que telles, les apprentissages se font moins formels, les mots de vocabulaire ne sont pas nécessairement décryptés, et en tout cas, s'ils sont cités et utilisés, ils ne sont plus explicités.
Les rois de la tambouille, c'est nous !

On verra dans quelques années, si je suis à nouveau sollicitée, soit par l’institution, soit par mes collègues, si je peux remettre en place des apprentissages plus formalisés.
Ah, un beau bento bien rangé, chaque notion à sa place !

En attendant, j'ai essayé de lister les projets montés avec mes collègues, et qui permettent de répondre aux prescriptions institutionnelles : les médias scolaires, la mise en activité des élèves, le travail en équipe, les outils collaboratifs, l'autonomie, l'oral, l'apprentissage de la publication....
Nous essayons de respecter une progression sur les 4 ans.
Je pense pouvoir dire que nous avons réussi, avec quelques projets par niveau, et quelques autres plus isolés, à mettre en place un apprentissage qui n'a pas à nous faire rougir, même s'il n'est pas parfait, ni très EMI.

Les documents EMI-info-doc déjà diffusés sur ce blog sont toujours valables. Ils donnent davantage de détails sur les objectifs pédagogiques et les difficultés de mise en oeuvre. Vous trouverez aussi des détails sur chacun de ces projets dans des billets déjà diffusés sur ce blog.
J'en fais donc ici une synthèse rapide (enfin, rapide à ma façon...).

Certains projets sont malheureusement en partie à l'eau, du fait de difficultés à faire coller des emplois du temps, mais je vais essayer de lister ceux qui nous donnent le sourire. En italique, les idées pas encore sûr sûr, je n'en ai pas encore parlé aux collègues.




Connaissance des lieux et outils

- Je présente le CDI aux élèves de 6e, à raison d'une heure quinzaine inscrite à l'emploi du temps toute l'année, en classe entière, désormais intitulé Vie de classe-CDI. Cette année, comme déjà annoncé, je ferai davantage de lecture, et moins d'EMI, la renvoyant aux collègues sur leurs cours.
- Je présente le CDI aux nouveaux élèves des sections sportives (30 minutes un peu rapidement) et plus longuement aux nouveaux élèves de la Segpa (3h en 4e)
- Souvent, les PP de 3e me sollicitent en tout début d'année pour faire un rappel aux élèves des outils à leur disposition, sur place ou en ligne (esidoc avec les rubriques orientation, brevet, assr...)
- J'aimerais passer dans toutes les classes présenter les liseuses du CDI et les outils pour télécharger et lire des fichiers libres de droit sur liseuse, tablette ou smartphone. Il faudrait que je sollicite les profs de français, et cela pourrait s'appeler AP ??
- Esidoc : évidemment moins maîtrisé maintenant que les heures 5e n'existent plus. On voit en 4e les élèves perdus quand ils doivent trouver des documents, et le temps du projet ne permet pas de consacrer du temps à son apprentissage. On voyait en 6e et 5e les natures de documents, les élèves apprenaient à faire des recherches en sélectionnant des critères. Exit. Je continue cependant à y mettre les liens pour les séances, et à montrer aux élèves de 6e comment réserver et mettre des avis. En club lecture, on mettra nos critiques des livres lus.


Création de journaux scolaires (outil 1jour1actu/madmagz)


1- Journal littéraire en club lecture, sur la base du volontariat. Je l'ai déjà présenté, c'est un des outils de mon arsenal pour pousser les déjà lecteurs à lire davantage, à se sentir lecteurs, et à créer une communauté.

2- Journal des 6e pour les CM2 : un 2e numéro est prévu cette année. Ce projet mené dans toutes les classes de 6e permet d'aborder les questions de droit d'auteur, droit à l'image, travail de rédaction, travail collaboratif.

3- Journal de l'EPI Moyen Age en 5e, projet entre une 5e générale et une 5e segpa. Ce projet a déjà eu lieu l'an dernier, mais nous n'avions pas pu faire travailler ensemble les élèves, les sujets des articles étaient partagés entre les deux classes. Nous avons souhaité cette année créer des équipes mixtes, autant dans un souci de pertinence pédagogique que dans un souci d'intégration des élèves de la Segpa. Malheureusement, des contraintes d'emplois du temps ont supprimé le créneau prévu, et nous allons devoir "bricoler", avec des élèves extraits du cours d'anglais (si la collègue veut bien nous "prêter" quelques élèves de temps en temps).
Les élèves seront formés au travail du journaliste et aux droits d'auteurs/image. Ils ont déjà travaillé avec le logiciel l'an dernier, nous allons juste aller plus loin sur le travail d'écriture journalistique. Ils rendront compte toute l'année des sujets travaillés en cours d'histoire (moyen age, sortie scolaire, cathédrale...). Plusieurs numéros sont prévus, pour une parution plus ou moins périodique.

4- En 4e segpa : comme l'an dernier, un journal sur un de leurs projets de l'année sera réalisé. Là encore, la moitié des élèves ayant déjà travaillé sur le logiciel l'an dernier, le travail sera facilité.


La présence en ligne


1- Coachs numériques et clubs : publication sur Internet (sur le site du collège ou esidoc, pour l'instant)

2- Sensibilisation récurrente des élèves, façon bourrage de crâne : quand on publie un exposé, quand on fait une photo, on demande aux élèves les implications légales : il faut leur accord, celui de leur parents, ou alors ne pas les reconnaître, et il faut avoir respecté nous-même le droit d'auteur et d'image si des documents/infos viennent d'Internet. A force de rabâcher, ils ont des automatismes certains. Pas de maîtrise du sujet, mais des réflexes.

3- Création d'un padlet sur le site du collège, qui peut être alimenté par tout le monde, avec modération du référent numérique (donc moi). Je pensais un moment lancer un compte instagram, pour pouvoir mettre plus de photos, et suivre des projets (sortie, exposition...), comme dans certains collèges, mais la présence des commentaires non modérables me refroidit. Je ne maîtrise pas assez.

4- 5e, folios et identité numérique. L'an dernier, on avait avec la CPE pris les classes 2h aussi pour un travail sur l'identité numérique. Après une discussion et des vidéos sur l'identité numérique, les élèves s'étaient connectés à Folios et avaient créé un avatar scolaire, qu'on avait inséré dans l'application.
Comme ça, si les profs voulaient ensuite leur demander d'utiliser ce service en ligne, ils le connaissaient. Je reproposerai cette année en conseil pédagogique que ce soit mis en place, en demandant sur quelles heures.


EMI pure : fiabilité de l'information, qualités d'un auteur


1- En 5e, on aborde, à l'occasion d'un travail en Sciences physiques, la fiabilité de l'information scientifique et le choix argumenté de sites documentaires. Pendant un TP en SP en demi-groupes, l'autre demi-groupe vient avec moi pour choisir des "bons" documents (sites, vidéo) sur un sujet scientifique, en argumentant sur la compétence de l'auteur. La sélection et la mise en page doit tenir en deux heures.

2- Avant, je les aurais pris 2h sur des heures de vie de classe pour aborder « Tout n'est pas vrai sur internet » : typologie des auteurs de sites, intention des auteurs, validité et fiabilité des informations.
Je les prendrai comme l'an dernier, soit avec le PP, soit seule selon l'emploi du temps et les absences de profs. Dans tous les cas, c'est de la débrouille et quelques heures passées à dégoter et planifier des heures qui doivent ensuite être mises dans pronotes et communiquées aux familles via le carnet.


Les outils collaboratifs : 


1- Dès la 4e, on fait utiliser framapad et padlet en EMC. Nous renouvelons le projet des autres années (les libertés). Pour rendre plus vivante la prestation orale, on va peut-être demander aux élèves un discours convaincant (et pourquoi pas faire voter la classe, avez-vous été convaincus ?) au lieu de la traditionnelle présentation d'une personnalité historique.

2- En sciences en 5e, on avait une année fait utiliser framapad comme outil de prise de note collaboratif, sur un sujet commun à plusieurs élèves. C'était intéressant de leur faire aborder avant la 4e, pour gagner du temps sur le projet EMC, mais je ne sais pas si nous réussirons à le réintroduire cette année dans un projet. Je pense à la SVT ou aux langues, il faudrait que j'aille démarcher mes collègues.


Acquisition de compétences informatiques

Un peu tout le temps, on rajoute de manière progressive des difficultés purement informatiques :
- 6e : traitement de texte, copier-coller ou scanner une image
- 5e : capture d'écran, libre office dessin (Projet français 5e : nuages de mots sur des romans d'aventure)
- 5e : recherche d'image inversée, capture d'écran, création de tableau, exportation en pdf, création de liens (projet Sciences physique)
- Plus poussées pour certains élèves demandeurs, les coachs numériques (sur la base du volontariat)
- En club : outils multimedia, vidéo, son, montage...  (sur la base du volontariat)
- J'aimerais aussi proposer aux 3e volontaires de venir se former à l'usage plus poussé d'un traitement de texte, pour rédiger leur rapport de stage.
- Et en cours d'art pla, en français, en langues, en technologie : pas mal de collègues leur demandent d'utiliser des outils plus ou moins multimédia.

Au bout du compte, nos élèves, je pense, sont assez autonomes, débrouillards et familiers de pas mal de logiciels. De quoi en tout cas ne pas se trouver démunis face à un nouvel outil.

J'ai diffusé à mes collègues la liste des compétences nécessaires à un certain nombre d'activités informatiques ou documentaires, pour qu'ils comprennent qu'une "simple" recherche n'est jamais simple.
J'avoue avoir une attitude un peu obtuse sur certains travaux scolaires : si j'estime que c'est trop tôt, que les élèves n'ont pas appris, je ne les autorise pas à le faire au CDI sur leurs heures d'étude.
Idem si c'est avant la Toussaint, date à peu près où le règlement informatique sera vu avec les classes de 6e (vu le nombre d'heures avec eux, on avance doucement, et ce n'est pas la priorité des séances). Si le collègue veut quand-même faire utiliser l'outil informatique aux élèves, il le fait lui-même en salle info, il me les emmène pour qu'on voit le règlement informatique plus tôt, ou certaines techniques, ou les élèves se débrouillent à la maison.
Tambouille, d'accord, mais avec une pincée de filouterie...
Il faut bien arriver à ses fins documentaires !
Du coup, un refus de ma part en étude amène souvent une discussion et une adaptation de la tâche demandée. C'est mieux que de se fâcher contre des élèves, ou de les voir se perdre sur les ordi. Et puis ils le savent, que je suis pénible !

Mais parce que je n'arrive décidément pas à me satisfaire des situations les plus idylliques (c'est mon côté éternellement insatisfaite, ou chieuse, c'est selon), je regrette quand-même qu'on n'aborde pas avec TOUS les élèves les sujets de société qui entourent l'univers numérique : les gafam, si c'est gratuit c'est toi le produit, les usines à clic, les data centers, les coulisses de moteurs, les algorithmes, les gains énergétiques de certaines pratiques, les données perso, l'identité numérique...
Oui, je sais, c'est pas grave.
Mais...
OK, j'arrête !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire